Bouddhisme

Disciples du Bouddha. Shariputra

Très souvent, vous pouvez voir l'image du Bouddha Shakyamuni, à côté duquel se trouvent deux moines en robe orange. Ils tiennent dans leurs mains des bols et des bâtons d'aumône. Les moines sont situés à droite et à gauche du trône de lotus du Maître. Ce sont les deux principaux disciples du Bouddha - Arhats Shariputra et Maha Maudgalyayana. Ils occupent précisément ces positions qui avaient dans la vie du Maître - Shariputra était la main droite et Maudgalyayana était la gauche. Bouddha a dit à leur sujet: "O moines, suivez Shariputra et Maudgalyayana; communiquez avec Shariputra et Maudgalyayana. Les moines sages aident ceux qui aspirent à la sainteté."

Shariputra en tant que disciple de Bouddha

Shariputra, Sariputta, Sharipu, "porte-étendard du Dharma", seigneur de guerre de l'armée du Dharma, Upatissa, Shelizi - l'un des deux principaux disciples de Bouddha Shakyamuni. "Et parmi les disciples de l'innombrable, l'un était entouré d'une grande gloire. Il s'appelait Shariputra", raconte son histoire dans le traité "Buddacharita. La vie de Bouddha".

Le nom ripāriputra en sanskrit se traduit par «fils de Shari». Selon le Commentaire sur le soutra de coeur de la sagesse parfaite: «Shari» est en sanscrit et signifie «héron blanc». Les yeux de cet oiseau sont très clairs et profonds. Les yeux de sa mère étaient tels. Ce fut la base de son nom. le vénérable était le fils de "putra" du "héron blanc". Par conséquent, il est dit "fils de Shari" - Shariputra. Parmi les disciples de Bouddha, il s'est distingué par une profonde sagesse. "

Shariputra est considéré comme le plus haut de la sagesse parmi les disciples du Bouddha Shakyamuni. Il est devenu célèbre pour les nombreuses questions sur la nature des choses et le vide que le Maître a posées lors de ses conversations. C'est lui qui a inspiré le Bouddha à enseigner Prajnaparamita - La doctrine de la sagesse parfaite. Prajnaparamita est devenu l'un des concepts principaux du bouddhisme Mahayana et décrit la doctrine du dharma, la vacuité, la réalité et le chemin des bodhisattvas.

La vie de Shariputra était étroitement liée à la vie de Bouddha. Il est un exemple de grand service rendu au Maître. Shariputra était un homme d'une patience et d'une persévérance uniques, d'une intelligence et d'une sagesse profondes, tandis qu'il se distinguait par sa modestie, sa gentillesse et son honnêteté dans ses pensées, ses paroles et ses actes. On pense que même parmi les Arhats, libéré de toutes obscurcissements, passions et délires, il se distinguait particulièrement - "brillait comme une pleine lune dans le ciel étoilé". Par la suite, c’est Shariputra qui a interprété avec éloquence les idées du Bouddha et a aidé les étudiants à comprendre le sens de ses enseignements. Ainsi, dans le "Sutra du Lotus", on trouve souvent la phrase suivante: "A cette époque, Shariputra, voulant clarifier à nouveau le sens de ce qui a été dit, a prononcé gatha ...".

Pendant de nombreux siècles, Shariputra a inspiré les adeptes du Bouddha à pratiquer le dharma, car il était une personne qui a atteint le plus haut niveau spirituel et a atteint la libération dans la vie.

Le Surangama Sutra dit: "Alors Shariputra se leva et s'inclina devant le Bouddha, dit:" Maître béni, pour beaucoup de kalpas, nombreux comme le sable du Gange, mon esprit continuait à rester propre. Grâce à cela, j'ai eu beaucoup de renaissances pures. Dès que mes yeux ont remarqué la différence dans le processus éternel du changement, mon esprit les a immédiatement et immédiatement compris et c'est grâce à cela que j'ai acquis une parfaite liberté. ""

La vie de Shariputra avant de rencontrer Bouddha

L'histoire de Shariputra a commencé dans deux villages brahmanes indiens - Upatissa et Colita - non loin de la ville de Rajagriha. Un brahmane nommé Sari du village d'Upatissa et un brahmane Moggalli du village de Colita ont donné naissance à des fils. Les deux familles étaient étroitement liées et étaient amis depuis sept générations. Les garçons nouveau-nés ont été nommés Upatissa et Colitis.

Quand ils ont grandi, ils ont reçu une bonne éducation et un héritage. Chacun d'entre eux était riche, avait des centaines de serviteurs, de porteurs et de palanquins. Ils pourraient vivre pour le plaisir, se détendre, assister à des festivals, s'amuser et dépenser facilement de l'argent. Mais une fois, ils en avaient marre de ce luxe et de cette permissivité. Au festival annuel de Rajagrich, Colita a demandé à Upatissa: "Ma chère Upatissa, tu n'es pas aussi heureuse et joyeuse qu'avant. Qu'as-tu en tête?" A quoi Upatissa répondit: "Ma chère Colita, toutes ces choses ne servent à rien. Elles ne valent rien du tout! Je dois trouver la Doctrine de la Libération pour moi-même. Mais toi, Colita, tu es aussi mécontente!" Colita était d'accord avec les pensées de son ami. Ensuite, Upatissa a invité un ami à renoncer à la vie mondaine, à quitter la maison et à devenir des ascètes.

À cette époque, l'ascète Sanjaya vivait avec ses étudiants à Rajagrih. Upatissa et Colita, ainsi que leurs mille brahmanes, ont été initiés par Sanjay. Après un certain temps, l'ascète leur révéla toutes ses connaissances et expliqua l'essence de ses enseignements. Mais Upatissa et Kolita ne suffisaient pas: "Si c'est tout, il est inutile de continuer la vie sainte. Nous sommes partis à la recherche de l'Enseignement de la Libération. Avec Sanjaya, nous ne le trouvons pas. Mais l'Inde est immense et nous retrouverons notre maître." Ils ont voyagé pendant longtemps et ont recherché des braves et des ermites sages qui pourraient répondre à toutes leurs questions. Mais ils n'ont jamais rencontré quelqu'un qui ne laisserait aucune ombre de doute en eux.

Les jeunes hommes sont retournés à Rajagriha et se sont juré que si l’un d’entre eux découvrait la libération de la mort, il en informerait certainement l’autre. C'était un accord fraternel né d'une profonde amitié entre deux jeunes. Après un certain temps, le Saint Bouddha et ses disciples sont venus à Rajagriha. Il a reçu du roi Bimbisara un monastère dans le bosquet de bambous, où il a commencé à prêcher sa doctrine du Dharma. Frère Assaji était l'un des 60 arhats consacrés par Bouddha à la doctrine des Trois Joyaux. Il était un compagnon du Bouddha avant même l'illumination et devint l'un de ses premiers disciples.

Une fois Assagi faisait des aumônes dans la ville. Il a été remarqué par Upatissa. Il a été frappé par l'apparence digne et sereine d'un moine et a décidé de demander: "Qui vous a béni? Qui est votre Maître? Et de quels enseignements professez-vous?" Mais il n'osa pas s'approcher d'Assaji et le distraire de la collecte d'aumônes. Quand le moine était sur le point de partir, Upatissa lui offrit de l'eau, ce qui s'avéra être un élève par rapport à l'instituteur, et posa sa question. Assaji lui a dit: "O mon ami, il y a un grand ascète du clan Sakya. Ce Béni du ciel est mon maître et j'avoue son dharma." Upatissa a voulu en savoir plus à ce sujet: "Je m'appelle Upatissa. Parlez-moi de vos connaissances. Que ce soit beaucoup ou un peu, ne dites pas beaucoup de mots. Entrer dans le sens de l'enseignement est mon seul désir."

En réponse, l'aîné prononça: "Le Tathagata prêche sur la cause des choses et leur cessation. C'est son enseignement." En entendant ces mots, Upatissa s'est établie dans le Sentier et est entrée dans le Stream. Il se prosterna aux pieds du vieil homme avec gratitude, découvrit où chercher le Maître et promit de suivre la sangha avec son ami.

Colita vit Upatissa s'approcher de lui: "Aujourd'hui, tu as l'air différent. Tu as sûrement retrouvé l'enseignement de la libération!" Et quand Upatissa a dit à l'ami les paroles de l'aîné, Colita est également entrée dans le Ruisseau et a accepté l'enseignement.

Avant de se rendre au Bamboo Grove, Upatissa et Colita sont allés voir leur premier mentor - l'ascète Sanjaya - et l'ont invité à les rejoindre: "O maître, Bouddha est apparu dans ce monde et a proclamé l'Enseignement. Il vit ici avec sa communauté de moines, et nous voulons voir les maîtres. "

Sanjaya pensa: "Ils savent tellement qu'ils ne veulent plus m'écouter" et ils refusent: "Vous pouvez y aller, mais je ne le peux pas. Je suis moi-même enseignant. Si je devais retourner à l'état d'étudiant, ce serait comme pour transformer un énorme réservoir d’eau en une petite carafe. Je ne peux plus être étudiant. " Et il ajouta: "Il y a beaucoup d'imbéciles, peu de sages. Si c'est le cas, mes amis, alors les sages iront au sage Gotama, le sage, et les imbéciles viendront à moi. Vous pouvez partir, mais je n'irai pas."

Après le départ d'Upatissa et de Colita, une scission s'est produite dans la communauté de Sanjay et son monastère était presque vide. Cinq cents de ses étudiants rejoignirent Upatissa et Colita, dont deux cent cinquante retournèrent à Sanjay. Les deux cent cinquante et deux amis restants sont arrivés à la plantation de bambous.

Shariputra rencontre Bouddha

Patissa et Colita sont arrivés dans le bosquet de Venuvan. "C'était comme si la mer au safran entourait le Victorious: vêtus d'une robe rouge jaunâtre, d'Arhats calmes et d'autres bhikkhu récemment initiés, assis dans des rangées calmes, le dos droit et le visage fixe. Ensuite, les disciples laïcs étaient vêtus de robes blanches. la parole de Bouddha était distinctement mesurée, résonnante et résonnante, avec de nombreuses répétitions de ce qui avait été dit, avec des explications, des coups de tonnerre grandissants et décroissants, elle était entendue dans le cœur de ceux qui écoutaient, de nouveaux disciples apparurent S'inclinant inconsciemment à de nombreuses reprises, puis s'assit sur des sièges vides et s'immobilisa.Le Victorious, voyant ceux qui s'approchaient de lui, dit à ses associés que ces deux qui s'approchaient de lui maintenant seraient le premier et le plus noble de ses disciples. initiation de Bouddha lui-même. "

Voici comment cette réunion fatidique est décrite dans le traité "Buddacharita. La vie du Bouddha":

Et Bouddha, les voyant, annonça:

"Les deux qui viennent sont marqués,
Parmi les fidèles ils monteront brillamment,
Un avec sa sagesse radieuse,
L'autre est son travail de miracle. "
Et la voix de Brahma, douce et profonde,
«Bénie soit ta venue» leur dit-il.
"Voici un monastère calme et propre, -
Il a dit: "L'apprentissage est la fin."
Triple dans leurs mains apparut un bâton,
Un vase d'eau apparut devant eux,
Instantanément, tout le monde prit une tonsure,
Leur visage était la parole de Bouddha a changé.
Ces deux dirigeants et leur fidèle cortège,
Ayant pris la forme complète de Bhikkhus,
Prosterné, avant la chute du Bouddha
Et ils se levèrent et s'assirent à côté de lui.

Après l’initiation, Upatissa est devenue Sariputta et Colita - Maha Mogallana. Maugdalyayana est allé vivre dans l'un des villages de Magadhi - Kallavalu. Et Shariputra est resté à côté du Maître à Rajagrich. Les deux jeunes hommes ont atteint l'arhatisme - Maugdalyayana le septième jour après l'initiation et Shariputra - deux semaines plus tard.

Une fois, le Bouddha rassembla tous ses moines les plus âgés et annonça que Shariputra et Maugdalyayana deviendraient désormais ses principaux disciples. Beaucoup de moines ont été scandalisés par ce résultat, mais le Maître a expliqué:

"Je n’ai pas montré de préférences, mais tout simplement donné à chacun ce à quoi il aspirait. Quand Shariputra et Maudgalyayana ont eu beaucoup de bouleversements, à l’époque du Bouddha Anomadassi, sont nés en tant que brahmana Sarada et Vaisha Sirivaddhaka, ils se sont engagés à devenir des moines et des disciples principaux. ils n’ont que ce à quoi ils aspiraient et ne l’ont pas fait par préférence. "

Shariputra et Shakyamuni Bouddha dans des vies antérieures

Jataki, une collection d’histoires sur les vies passées de Bouddha, raconte les nombreuses rencontres de Shariputra avec Bouddha. Voici quelques exemples de réincarnations de Shariputra à côté de Maître:

Jataka du Bodhisattva du Grand Martyr. Shariputra était un chef militaire qui a aidé le saint ascète - Bouddha. "Le chef de guerre a essuyé le sang du corps du bodhisattva, a bandé ses jambes, ses bras, ses oreilles et son nez, l'a soigneusement assis, s'est incliné et s'est assis à côté de lui."

Jataka de Bhaddasal. Shariputra et les autres disciples du Bouddha étaient des esprits de séquoia qui, conjointement avec l'esprit royal de Bhaddasala - Bouddha, enseignaient la sagesse du roi Koszalski. "Il y a une raison à cela, souveraine, et c'est dans mon désir de dharma. Après tout, sous la canopée de mon arbre, la jeune croissance de parents a bien grandi. J'ai peur de les briser si l'arbre est immédiatement coupé à la racine - vous ne pouvez pas détruire les autres avec vous-même!"

Jataka de Kashyap Mokhnat. Shariputra était un conseiller de Sakhya, qui dans les montagnes a parlé avec l'ermite Kashyapa Mokhnaty - Buddha. "Ils ont battu les gongs dans la ville, rassemblé des personnes et interrogé tout le monde. Un homme de la forêt le savait, ils l'ont emmené dans des guides. Sahya, accompagné d'une nombreuse suite, est arrivé devant l'ermite, s'est incliné devant lui et s'est assis à côté de lui et a présenté le mandat du roi."

Jataka de faux enseignements et de bodhisattva Narada. Shariputra était un conseiller de Vijaya, qui recommanda au roi de s'associer au Grand Brahman Narada - Bouddha. "Les délices, souverains, ne sont pas des nouvelles, vous nous les livrerez toujours. Nous sommes familiers avec les plaisirs, mais nous en avons peu de joie. Nous avons besoin d'un brahmana ou shraman, d'un mentor et d'un professeur de dharma! Il nous soulagera des doutes et nous donnera de bonnes instructions."

Jataka de Samvara. Shariputra était le prince Uposatha, à qui le conseiller sage Bouddha avait appris à administrer l'état du Dharma. "L’enseignant de Samvara s’est avéré être un conseiller intelligent et érudit, qui patronnait le jeune homme d’une manière paternelle, et ce n’était pas étonnant: il était après tout un bodhisattva."

Sariputra et Sangha

On sait que c’est grâce aux sermons de Shariputra que de nombreux disciples ont été ajoutés à la sangha du Bouddha, qui s’est ensuite établi sur le Chemin de la libération du samsara. Il était un grand leader et un mentor spirituel exceptionnel. Ses trois frères plus jeunes - Upasen, Revat, Chund, ses trois soeurs - Chala, Upachala, Sisupachala, son oncle, son neveu et même sa propre mère sont entrés dans la communauté monastique et se sont établis dans l'enseignement du Bouddha.

Un point important quand Shariputra a montré une dévotion fidèle à Bouddha était la scission de la communauté par la faute de Devadatta. Devadatta a exigé que le Maître abandonne la vie sédentaire et monastique. Mais Bouddha a rejeté toutes ses attaques. Devadatta a alors quitté la communauté et a emmené environ 500 moines avec lui. Grâce aux instances de Shariputra et de Maudgalyayana, ils ont réussi à ramener les étudiants à la sangha.

Parmi les moines, Shariputra était celui qui aidait toujours les autres. Quand quelqu'un était sur le point de quitter la communauté, le Bouddha lui conseilla d'abord de voir Shariputra et de parler avec lui: "Shariputra, O bhikkhus, est sage et aide les frères." Shariputra a aidé les moines de deux manières: il leur a fourni une assistance matérielle et a donné des instructions opportunes au Dharma.

Il est dit que chaque fois que Shariputra donnait des conseils, il faisait preuve d'une patience infinie, exhorté et instruit des centaines de milliers de fois jusqu'à ce que l'étudiant soit confirmé dans l'Enseignement. Le nombre de ceux qui, après ses instructions, ont atteint l'Arhatisme est grand. Le Sacca-vibhanga Sutta cite les paroles de Bouddha: "Shariputra est comme une mère qui donne naissance, alors que Maudgalyana est comme une infirmière qui prend le fœtus. Shariputra envoie le fœtus dans le courant, et Maudgalyayana l'amène à un objectif plus élevé."

Relations de Shariputra et d'Ananda

Entre Shariputra et l'assistant principal du Bouddha - Ananda était une sympathie mutuelle, une assistance mutuelle et une amitié. Il est un cas connu où Ananda a reçu des vêtements coûteux d'un brahmane et, avec l'autorisation du Maître, il a attendu dix jours le retour de Shariputra et a gardé ce cadeau pour lui. Beaucoup dans l'environnement avaient une question logique: pourquoi étaient amis Ananda et Shariputra? Quelqu'un a dit qu'Ananda ressentait de l'attachement à Shariputra, puisqu'il n'était pas encore parvenu à atteindre l'arhatisme. Mais "l'affection de Shariputra n'était pas l'une des affections mondaines, mais était l'amour pour les vertus d'Ananda."

Une fois, le Bouddha demanda à Ananda: "Approuvez-vous aussi Shariputra?" A quoi Ananda a répondu: "Qui, Maître, n'approuve pas Shariputra? Honorable Shariputra, grande sagesse, vénérable Shariputra, large, brillant, rapide, vif, une sagesse omniprésente. Peu disposé, enclin à la solitude, énergique, satisfait, éloquent, prêt à chasser. et condamner le mal. " (Devaputta-Samy., Susima Sutta)

Vous pouvez trouver une description des émotions d’Ananda au moment de la mort de Shariputra: «Lorsque le noble ami de Sariputta est parti, le monde était plongé dans l’obscurité pour moi». (Theragatha)

La réunion de Shariputra et Vimalakirti

La légende de Vimalakirti, le premier upasaka à devenir un bodhisattva, est décrite dans le Sutra de Vimalakirtinirdesa. Vimalakirti était un laïc doté d'une intelligence et d'une sagesse incomparables. Il est devenu célèbre pour avoir visité activement les jeux de hasard, les débits de boissons et les maisons de passe et éduqué les gens sur la nature de leurs passions. Vimalakirti a rencontré les disciples les plus proches du Bouddha et les a condamnés pour une interprétation superficielle de la doctrine du Dharma.

Selon le Sutra de Vimalakirtinirdesa, Shariputra était incapable de comprendre pleinement le Mahayana, dont Vimalakirti lui révéla l'essence, et fut vaincu lors de la conversation.

"Shariputra a dit à Vimalakirti:" Honorable Upasaka, cela n'a jamais été vu auparavant; une si petite salle peut accueillir ces grands et hauts trônes, qui ne bloquent rien à Vaishali et ne constituent pas un obstacle pour les grandes et petites villes et villages de Jambudvip, ainsi que pour les palais des devas et des naga paradisiaques, ainsi que pour l'habitat des fantômes et des esprits. "

Vimalakirti a déclaré: "Shariputra, la libération réalisée par tous les bouddhas et grands Bodhisattvas, est incompréhensible. Si le Bodhisattva réalise cette libération, il pourra mettre l'immense et immense mont Sumera dans une graine de moutarde qui ne grossira ni ne diminuera en taille, tandis que Sumer restera le même. les quatre rois des devas / maharaja / et des devas des trente-trois cieux Indra eux-mêmes ne réalisent même pas leur présence dans la graine, et seuls ceux qui ont atteint la libération verront Sumera dans la graine de moutarde. C'est la porte incompréhensible du Dharma à la libération ».

Soins Shariputra

Shariputra est parti peu de temps avant le Bouddha Parinirvana. Lorsqu'il a appris que Maître était sur le point de partir, il a demandé la bénédiction de quitter le monde d'abord. Shariputra a expliqué qu'il ne pourrait pas survivre à son départ de manière adéquate. Il a décidé de partir chez sa mère. Après avoir dit au revoir à la sangha et au Bouddha, accompagné de Maudgalyayana et de Kunda, il s'est rendu dans son pays, à Rajagriha, où il est entré en méditation et a quitté le corps. C'était le jour de la pleine lune du mois de Cattica - d'octobre à novembre. Le corps de Shariputra a été incinéré avec tous les honneurs dans le village d'Upasika. Ses reliques, ses vêtements et son bol d'aumône ont été donnés à Ananda et il les a apportés à Maître.

Bouddha, disant au revoir à Shariputra, prit ses reliques entre ses mains et prononça les mots suivants pour les moines:

"Moines, ce sont les reliques d'un bhikkhus qui m'a récemment demandé la permission de mourir. Celui qui a atteint la perfection pendant d'innombrables éons et des milliers de kalpas. Celui qui a un siège à côté de moi. Celui qui, à part moi, n'avait pas la même sagesse C'était un bhikkhu d'une grande sagesse, d'une sagesse large, d'une sagesse brillante, d'une sagesse rapide, d'une sagesse omniprésente. Ce moine avait peu de désirs, il était content de tout, il n'aimait pas les compagnies, était plein d'énergie, exhortait ses moines plus jeunes, reprochait le mal, il a quitté la maison, refusant descendant du grand bonheur reçu par ses mérites pendant cinq cents existences. Celui qui était patient, comme la terre, et inoffensif, comme un taureau, dont les cornes ont été tranchées. Celui qui avait un esprit modeste, comme un garçon chandal. C'était Sariputta. Maintenant nous rendons hommage à Sariputta, qui est décédé "(" La vie de Sariputta ")

Héritage Shariputra

Après que le Bouddha soit parti pour Parinirvana, ses disciples d’Arhat se sont réunis pour enregistrer l’enseignement. Les instructions de Shariputra ont été rassemblées dans une section distincte - l'Abhidharma, la doctrine de l'univers et ses lois. On pense que le Bouddha a instruit l'Abhidharma des trente-trois dieux du ciel. Shariputra lui a demandé d'initier des enseignements célestes et par la suite, il a prêché lui-même à ses disciples et à ses protections.

Voici un petit extrait des paroles de Shariputra de l’Abhidharmakoshi:

"Les objets sensuels du monde ne sont pas des désirs.

Le désir est le désir passionné d’un homme généré par l’imagination.

Et bien que des objets sensoriels existent dans ce monde,

Ceux qui contrôlent abandonnent leur attirance pour eux. "

Lieux saints et reliques de Shariputra

Dans la colonie indienne de Sanchi, se trouvent les vestiges des dix plus anciens stupas de l’Inde, datant du IIIe siècle av. Certains d'entre eux sont bien conservés et, au fil des siècles, se sont transformés en monticules de terre. En 1851, Sir Alexander Cunningham découvrit les saintes reliques de Shariputra et de Maugdalyayana au centre d'un des stupas. Cunningham a trouvé une dalle de pierre sous laquelle étaient conservées deux boîtes portant les inscriptions "Sariputtasa" et "Maha-Mogalanasa". À l'intérieur des cercueils se trouvaient des fragments de bois de santal provenant d'un bûcher funéraire, des pierres précieuses, un os de Shariputra et deux os de Maugdalyayana.

Vers la même époque, la seconde partie des reliques des deux Arhats fut retrouvée dans le stupa de Satadhara, à six milles de Sanchi. Deux boîtes portant des inscriptions similaires "Sariputtasa" et "Maha-Mogalanasa" ont été trouvées ici, à l'intérieur desquelles des os d'arhats ont également été trouvés.

Les reliques des deux stupas ont été exportées en Angleterre et placées au Victoria and Albert Museum. Les reliques sacrées y ont été conservées jusqu'en 1939, jusqu'à ce que la Société Mahabodhi fasse appel au gouvernement britannique pour les renvoyer en Inde. Mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, en 1947, que les reliques ont été remises à des représentants de la Société Mahabodhi et qu’ils ont commencé leur voyage de retour en Inde.

Avant d'être amenés en Inde, les reliques ont été exposées au public et la possibilité d'un pèlerinage au Sri Lanka, en Birmanie, au Népal et au Ladakh.

En 1950, la Société Mahabodhi a transféré une partie des reliques en Birmanie, où elles ont été déposées solennellement à l'intérieur de la "pagode de la paix mondiale", construite près de Rangoon sur le site de la grande cathédrale bouddhiste. La deuxième partie des reliques a été transférée au Sri Lanka et déposée dans le nouveau stupa de la Société Mahabodhi. Le reste des reliques de 1952 a été conservé dans le nouveau stupa Chetyagiri Vihara à Sanchi.

Articles Populaires

Catégorie Bouddhisme, Article Suivant

Extraits du livre de Lama Sopa Rinpoché, The So-Called Me
Bouddhisme

Extraits du livre de Lama Sopa Rinpoché, The So-Called Me

Très souvent, nous sommes confrontés à des situations dont nous ne comprenons pas les causes. Nous observons le développement des événements dans nos vies, dans la vie de nos amis, de nos enfants proches et nous nous posons la question: pourquoi? J'ai trouvé une explication intéressante dans l'un des livres de Lama Sopa Rinpoché. Je recommande fortement de lire le livre dans son intégralité, tant qu'il est encore disponible. Lama Sopa Rinpoché est un yogi exceptionnel qui ne dort jamais et qui est l’un des plus célèbres maîtres bouddhistes modernes
Lire La Suite